BADAMIER

Terminalia catappa L. Famille des COMBRETACÉES

badamierC’est un bel arbre que l’on rencontre disséminé partout sur le littoral de l’Île de La Réunion. Ses branches sont sub-horizontales et insérées par étages successifs. Tout comme le benjoin, il perd plus ou moins ses feuilles. Il donne des fruits dont la graine en forme de grosse amande et la pulpe peuvent être consommées. Il est principalement utilisé pour son aspect décoratif et son ombrage. Pas de production suivie. Bois au fil tortueux, au pore ouvert, aux reflets riches, aux veinages sombres, ligniforme et contrasté. Ce bois tendre, stable, de couleur jaune rosé est de travail et de finition facile.

BANOIR

Albizzia lebbeck (C) Benth Famille des MIMOSACÉES

banoirCette légumineuse a été importée au XIXème siècle à La Réunion et s’y est parfaitement acclimatée. C’est le meilleur protecteur des caféiers.

Le tronc est court, nerveux, l’écorce est épaisse, rappelant un peu celle des tamarins des hauts. Les feuilles sont opposées et composées. Les folioles très mobiles, se referment aux heures chaudes de la journée. On reconnaît aisément cet arbre lorsqu’il produit ces grandes gousses jaunes et sèches.

Le banoir ou bois noir des bas s’accommode des sols les plus pauvres. C’est une essence de lumière tolérant un certain ombrage. 600 mètres semble être sa limite altitudinale supérieure. Cette essence a été utilisée en reboisement. Sa production n’est pas suivie, juste quelques m3 par an.

Arbre au coeur sombre et à l’aubier blanc, au pore creux. Grain moyen à moyennement grossier. Contre fil présent mais rarement fort. C’est un bois élastique et souple, aux veines riches et à l’éclat velouté. C’est un bois dur au travail et à la finition aisée.

BENJOIN

Terminalia bentzoe (L) L.f. Famille des COMBRETACÉES

benjoinComme le badamier ou le mantaly (autres espèces du même genre), il se caractérise par son port. C’est un bel et grand arbre au tronc cylindrique et droit, aux branches horizontales, portant à leur face supérieure de nombreux rameaux. Les feuilles sont étroites et allongées, avec des nervures violines. L’écorce épaisse est gerçurée et écailleuse. Elle est de couleur beige foncé à beige brun. Le benjoin est une essence de lumière. Sa croissance diminue avec l’altitude. On le rencontre un peu partout dans l’île, mais est surtout utilisé dans les reboisements de la zone basse et humide. C’est un arbre qui pousse vite. La production n’est pas suivie. Bois de couleur beige jaune à jaune vert, au pore creux au grain serré et à la maille très fine. C’est un bois liant, de bonne qualité et bien solide avec fil et contre fil qui rendent sa finition parfois difficile. L’écorce a des propriétés tinctoriales et médicinales.

BOIS D’OLIVE NOIR

Olea chrysophylla Lam. Famille des OLÉACÉES

boisdolivenoir

Il se distingue du bois d’olive blanc par un port plus arbustif et par ses feuilles vert sombre au-dessus et un peu dorées en-dessous, ses rameaux étant grisâtres. Il est identique à l’olivier de France. On le rencontre surtout dans les endroits secs. Du fait de sa petite taille et de sa venue lente il ne fait pas l’objet d’une exploitation forestière, pas de production suivie. Bois de couleur beige brun, avec des veines ramageuses brun violacé, riches et contrastées et au cœur sombre, au pore très petit et au grain serré. Contre fil fréquent. C’est un bois lourd, gras, d’une belle finition aisée. Très bonne résistance au temps et aux attaques biologiques.

CAMPHRE

Cinnamomum camphora (L.) Sieb. Famille des LAURACÉES

camphreLe camphre ou olivier du Japon est un arbre au feuillage très dense, aux feuilles claires et membraneuses. L’écorce caractéristique permet de le reconnaître. De teinte brune claire et épaisse, elle se fissure longitudinalement par endroits.

Originaire des régions chaudes d’Asie, il reste très sensible à la nature des sols, alors qu’il supporte bien une grande variation d’altitude : de 0 à 700 mètres. Il nécessite un élagage précoce. Son bois est apprécié et de croissance rapide. Des plantations sont en cours dans le sud de l’île. La production est encore irrégulière.

Bois blanc, tendre aux reflets beiges jaunes et roses, parfois avec des veines brunes. Son grain est fin et son pore creux. Sa maille, petite, reste perceptible. Il est connu pour ses propriétés odoriférantes. Il résiste bien aux parasites et se sculpte facilement.

Travail et finition sont de bonne qualité. Un peu de contre fil.

CASSIA DU SIAM – ACACIA DU SIAM

Cassia siamea Lam. Famille des CÉSALPINIACÉES

cassiadusiamNe dépassant pas 20 mètres, son feuillage vert foncé est persistant et sa floraison jaune d’or. C’est une essence de demie lumière vigoureuse et envahissante. Des essais de plantation ont été effectués dans l’Ouest de l’île et vers St-Philippe, il se trouve souvent mélangé avec du margosier et du bois noir des bas. Sa croissance est rapide. Pas de production suivie. Bois au cœur noir, dur et à l’aubier blanc, sensible aux attaques biologiques, finement strié de jaune, il est la plus foncée des essences de la Réunion. Le pore est creux, le fil droit et le grain grossier. De travail et de finition moyenne, il dégage une poussière âcre et fortement amère.

CHAMPAC

Michelia champaca L. Famille des MAGNOLIACÉES

champacCe bel arbre au tronc droit atteint une quinzaine de mètres. Son limbe est ondulé et sa nervure centrale bien visible. L’écorce est lisse, de couleur gris clair. Il possède de grandes feuilles et produit des fleurs jaunes odorantes. On rencontre quelques spécimens dans le Cirque de Salazie, dans les cours, en alignement le long des routes et surtout sur la côte est de l’île. Pas de production suivie. C’est un bois de couleur gris jaune d’or, au veinage chaleureux. Ses qualités sont proches de celles du tamarin par sa dureté et son aubier clair. Travail et finition sont de bonne qualité.

CYPRÈS

Cupressacio lusitanica, variété benthamii Famille des CUPRESSACÉES

cypresBois tendre et homogène de couleur jaune clair et de grain serré. Son veinage est très doux et très fin. Ce bois ligneux a la fibre très longue et fissible. Il est utilisé en ébénisterie, en marqueterie et en lutherie, surtout pour la fabrication desflamenca. Travail et finition de très bonne qualité.

EUCALYPTUS

Eucalyptus robusta J.E. Smith Famille des MYRTACÉES

eucalyptusGrand arbre qui semble uniquement constitué par un tronc rectiligne, il possède un grand nombre de petites branches, aucune grosse. On le reconnaît à son écorce épaisse, profondément crevassée et spongieuse. L’arbre est fragile aux cyclones. Originaire d’Australie comme tous les eucalyptus, il consomme beaucoup d’eau, ne supporte pas les lieux secs mais tolère une certaine quantité de sel dans le sol. L’eucalyptus ayant une mauvaise réputation due à son peu de résistance aux vents, on le trouve isolé. Bois de couleur brun rose, il est fréquemment sillonné de magnifiques moirures. C’est un bois lourd, dur, bien homogène et au grain fin. Son travail et sa finition sont rendus difficiles par le contre fil et les ondulations du fil. Il résiste bien aux attaques des parasites. Travail et finition de très bonne qualité.

GRÉVILAIRE

Grevilea Robusta A. Cunn. Famille des PROTÉACÉES

grevilaireCet arbre atteint 20 à 30 mètres de hauteur. L’écorce grisâtre est finement gerçurée, ses grandes feuilles sont composées et rappellent certaines fougères. Le grévilaire donne des fleurs jaune roux très décoratives. Originaire d’Australie, il supporte bien la sécheresse mais craint le vent. On le rencontre aussi bien à basse qu’à moyenne altitude, dans l’Ouest de l’île. Il est souvent utilisé comme arbre ornemental. Pas de production suivie. Sa croissance est rapide. Bois droit et tendre, léger, et aux pores ouverts, de couleur beige rosé. Grain moyen. Maille lustrée très large de 4 à 6 mm selon le débit. Son fil est droit. Travail et finition faciles. Très sensible aux attaques de parasites.

LETCHI

Nephelium litchi Cambes Famille des SAPINDACÉES

letchiC’est un arbre qui atteint de belles dimensions. Il a un port en boule, l’écorce est peu épaisse d’un brun clair. Les feuilles sont composées d’un nombre pair de folioles. Le letchi donne des fruits très appréciés.

Planté pour ses fruits, on le rencontre surtout dans les cours et les vergers. Il est très sensible aux vents. Ne faisant pas l’objet d’une exploitation, on n’a donc pas de production suivie.

Bois de couleur rosée à rouge, grain serré, au pore plein. Bois dur, lourd, de travail difficile, on obtient cependant une belle finition.

MARGOSIER

Melia azedarach L. Famille des MÉLIACÉES

margosierLe margosier est connu aussi sous les noms de lilas de Perse ou lilas des Indes. L’écorce est de couleur gris foncé et de type écailleux. Les feuilles sont composées, très découpées et larges. Le margosier produit des fleurs liliacées au coeur pourpre et des petits fruits jaunâtres de la taille d’une petite olive. On le rencontre surtout dans l’ouest de l’île, jusqu’à 600 – 700 mètres d’altitude. Des essais de peuplement sont en cours dans le Cirque de Mafate. Production non suivie. Bois assez léger, tendre, de couleur jaune rosé et au pore creux. Ses veines sont peu contrastées, c’est un bois de venue assez rapide. Travail et finition de qualité moyenne.

TAMARIN DES HAUTS

Acacia heterophylla (Lam.) Willd. Famille des MIMOSACÉES

tamarindeshautsArbre au tronc noueux, court et branchu. Le houppier est fluctueux et lâche. L’écorce, blanchâtre est peu rugueuse. Jusqu’à la troisième année, ses feuilles sont constituées de minuscules folioles, puis la plante ne porte plus que des feuilles simples en forme de lames. C’est un arbre endémique à La Réunion. Il croît entre 1200 et 1900 mètres d’altitude. Il présente un enracinement superficiel qui le rend fragile aux vents. Le tamarin des hauts se régénère naturellement. C’est une essence de lumière, robuste, à croissance rapide les premières années. Bois de couleur variant du brun jaune au brun orangé, à gros grain et au pore creux. C’est un bon bois d’œuvre, liant, de bel aspect, de travail aisé, de finition moyenne, abondant et de bonne conservation. Production suivie.

Share This